Echappement - Decembre 2011

Un hiver studieux

L’heure de ma dernière chronique est arrivée et j’ai encore une foule de choses à vous raconter. A commencer par l’avancement de la préparation de ma Porsche Cup. La carrosserie est terminée et l’arceau cage a été posé. La voiture se trouve désormais chez mon préparateur qui planche sur la mécanique. Pour ce qui est des amortisseurs, la société BOS m’en fournira quatre neufs et je serai leur pilote de développement. De mon côté, j’ai envoyé des dossiers de sponsoring tous azimuts et j’attends les retours. Il me faut absolument dénicher des budgets complémentaires pour pouvoir poursuivre mon projet dans les meilleures conditions. Pour m’imprégner de l’ambiance du championnat de France des rallyes, je suis allé au Critérium des Cévennes avec mon copilote, Sylvain Dubois. Nous en avons profité pour discuter avec Pascal Enjolras et Patrick Rouillard à propos des Porsche, et avec Olivier Pignon, le promoteur du championnat. J’ai aussi jeté un coup d’oeil sur les structures et j’ai découvert les spéciales. Il est clair que j’aurai un gros travail sur la prise de notes car les routes sont bien différentes de celles que j’ai pu pratiquer jusqu’à présent en rallye. Entre temps, j’ai participé à l’élection de la Sportive de l’année avec les membres de la rédaction d’Echappement. J’ai passé trois jours merveilleux. L’ambiance était très sympathique. J’ai eu l’occasion de piloter un tas de belles voitures sur les petites routes auvergnates et sur le circuit d’Issoire que je découvrais. J’ai également fait la connaissance d’Alexandre Bengué, un garçon très abordable et rapide. Je suis monté à ses côtés et j’ai été impressionné par son aisance au volant. J’ai encore un peu de travail pour atteindre son niveau ! Je compte d’ailleurs le rappeler pour qu’il me donne quelques conseils avant le début de saison 2012. Au Touquet, en mars prochain, je compte en effet rentrer d’emblée dans les quinze premiers au scratch. Un dernier mot pour remercier tous les membres de la rédaction, la famille, les amis, les supporters, mes partenaires et bien sûr le CDP Racing. Je vous donne rendez-vous l’année prochaine sur le bord des routes du championnat de France des rallyes.

Echappement - Novembre 2011

C’est déjà 2012 !

Les choses avancent bien depuis ma dernière chronique dans laquelle j’évoquais mon projet de rouler en rallye. Comme vous pourrez le lire dans mon interview (page 100), j’ai acheté une Porsche Cup accidentée que je vais préparer en GT +. La voiture est en ce moment au garage et mon père a presque fini le travail sur le châssis et la carrosserie. Il me manque juste des informations sur la pose de l’arceau de sécurité pour que je puisse l’envoyer chez mon préparateur, Porsche Bourgoin Poitiers. Si tout va bien, elle devrait partir à l’atelier au moment où vous lirez ces lignes. Un gros boulot sur les suspensions et la boîte de vitesses sera alors entrepris. Sinon, je m’active toujours pour dénicher les budgets nécessaires à la bonne marche de mon projet. Je viens de finir mon press-book. J’ai déjà deux nouveaux contacts, ce qui est encourageant. Je viens aussi de créer une SARL – Cosson Sportevents – dont l’activité tournera autour de moi et de mon futur programme sportif. Accueil des partenaires sur le terrain et création d’une ligne de vêtements à mes couleurs sont des projets qui me tiennent à cœur. Un dernier mot pour vous dire que j’ai conclu ma saison sur une belle prestation, début octobre, au rallye régional des Boucles de Seine. Sur un terrain nouveau et particulièrement piégeux, j’ai pris un grand plaisir à piloter la Mitsu mise à ma disposition par Pascal Bocquet, celle que j’avais conduite précédemment au Cœur de France. Je termine troisième au scratch et en tête du Groupe N. Il s’agissait de ma dix-neuvième course de la saison, toutes disciplines confondues. J’espère débuter 2012 comme je viens d’achever 2011, à savoir sur une note positive. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour évoquer mon actualité et notamment ma première participation à l’élection de la Sportive de l’année, la grande récréation annuelle de la rédaction d’Echappement. J’ai hâte.

La Renaissance Lochoise - Octobre 2011

Il a grandi à 100 à l’heure !

Le derrière au ras du sol, il a l’air tout frêle au volant de son bolide. Quand il enlève son casque, il dévoile des traits fins, vestiges d’une adolescence pas si lointaine. Pourtant, quand il étend son mètre 90 hors de l’habitacle, c’est une toute autre impression qu’il dégage.
À 23 ans à peine, Anthony Cosson fait déjà la fierté de tout un village. À Bossay-sur-Claise, ça fait un moment qu’on connaît le talent du gamin. « C’est vrai que les gens râlaient pas mal quand j’étais plus jeune. Mais je les comprends maintenant. J’en faisais un bruit, avec mes machines bricolées de partout. Tous les soirs, dès que ma journée était terminée, je sautais au volant d’une voiture et j’allais m’éclater dans les chemins du coin. » Le sourire malicieux de l’enfant qui confesse une bêtise.
Depuis ses 10 ans, dans le grand jardin attenant au garage, il en a usé, le « petit » Tony. Et pas les moins résistantes. « J’ai la chance d’avoir grandi dans le garage familial. Avec mon père, on récupérait des voitures destinées à la casse, on bidouillait et ensuite, je me faisais la main dessus. » Autant dire qu’à ses 18 ans, le permis n’a été qu’une formalité. Le garçon avait déjà quelques kilomètres au compteur. Et quelques certitudes aussi.

Plus vite, plus fort

La suite, c’est l’ascension folle d’un talent hors norme. Dès ses premières courses, il surclasse les plus chevronnés. Même son père ne fait pas long feu face aux performances du fiston. En 2007, pour sa première année en compétition, il termine deuxième de la Coupe de France de la montagne. Coupe qu’il remporte l’année suivante au volant de sa Clio RS. Et il remet ça en 2009, au volant d’une BMW M3. Le doublé Coupe de France – Championnat. À 20 ans… En 2010, c’est sur une Porsche 996 GT, puis sur une 997 qu’il se lance à l’assaut de la montagne. Résultat, vice-champion de France. Pas de titre ! Puis le sacre 2011. Anthony ne compte pas s'en arrêter là. « J’ai toujours su, dans le fond, que ça allait le faire. Quand, plus petit, je regardais les courses, je me disais toujours : « tiens, il aurait pu gagner du temps ici » ou « s’il l’avait pris plus serré, ça passait aussi »… J’aimais le spectacle, oui, mais j’essayais toujours de voir comment moi, j’aurais fait. »

Comme les grands ?

Presque un an après son titre honorifique d’ « espoir de l’année » décerné par le magazine Echappement (après Auriol en 83, Loeb en 97 et Ogier en 2007, notamment), c’est vers le Rallye que Tony compte se tourner. Quelques coups d’essai qui se sont révélés coups de maître, cette année, ont suffi à le conforter dans cette nouvelle voie. Début avril, si tous les financements ont été trouvés d’ici là, il devrait prendre le départ de la première manche du championnat de France des Rallyes sur sa Porsche 997 GT. Pour suivre la trace de ses glorieux aînés ? Vrooomm…

Compte Tours - Octobre 2011

Echappement - Octobre 2011

Dénouement heureux

Je n’ai pas vu le temps passer ! Les trois dernières épreuves du championnat de la montagne se sont enchaînées à un rythme d’enfer. A Chamrousse, lesté, j’ai été devancé par Nicolas Werver. J’ai tout donné, comme d’habitude, mais il a été plus rapide. A Turckheim, j’ai réussi à le devancer sur ses terres alsaciennes et j’en suis fier. Je signe mon meilleur temps dans la deuxième montée au prix d’une grosse prise de risque heureusement payante. Lors du dernier rendez-vous, à Limonest, je jouais gros. Les essais se sont bien passés, sans stress, avec le meilleur temps à la clé. C’est dans la première montée dominicale que j’ai ressenti un peu de pression. Je?suis parti sur un bon rythme, mais j’ai été arrêté peu avant l’arrivée suite à une figure de Nicolas. C’est dans la deuxième manche que j’ai produit mon effort. Je signe le meilleur chronomètre, battant au passage mon record de l’an dernier. Cette nouvelle victoire m’a permis de décrocher le titre dans la Série B. Une vraie satisfaction après une saison un peu compliquée ! Au soir de l’épreuve, j’étais malgré tout triste de devoir dire au revoir à mes amis montagnards. L’an prochain, je roulerai en effet en rallye. Pour me mettre dans l’ambiance, j’ai disputé le rallye Cœur de France le week-end suivant la manche lyonnaise. Ce premier rallye au volant d’une grosse quatre roues motrices s’est bien passé. Au fil des réglages et des kilomètres, j’ai pris la mesure de ma Mitsubishi Lancer Evo 8 Groupe N. Au final, je?termine cinquième au scratch et leader de la catégorie en ayant régulièrement signé des temps dans le top 5. Tout cela est très encourageant et me pousse à persévérer dans cette voie. Je?souhaiterais disputer le championnat de France l’an prochain. Il me reste à définir sur quelle monture. Une chose est sûre, je serai humble car mon manque d’expérience de la discipline et des spéciales ne me facilitera pas la tâche. Un nouveau départ en quelque sorte. Un dernier mot pour remercier mon équipe et mes partenaires sans qui je ne pourrais pas vivre ma passion. A très vite.

La Nouvelle République - 14-09-11

COSSON EN VRAI CHAMPION

Anthony Cosson, tout récent champion de France de la montagne, va s'aligner pour la première fois sur le Coeur de France. Attention, gros talent !

Anthony Cosson sera au volant d'une Mitsubishi Lancer Evo 8. (dr)

Il n'a jamais participé à l'épreuve et il sera pourtant l'une des principales attractions du rallye Coeur de France, vendredi et samedi, sur les routes d'Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher.
A 22 ans, Anthony Cosson, peintre-carrossier à Bossay-sur-Claise, possède déjà en effet une jolie carte de visite. La preuve ? Le week-end dernier, lors de l'ultime épreuve du championnat de France de la montagne, disputée à Limonest (Rhône-Alpes), il a décroché un 9ème succès et le titre de champion de France, série B et GTTS, au volant de sa Porsche 997 GT3 Cup. Une grosse perf qui confirme le formidable potentiel entrevu depuis déjà quelques saisons. C'est bien simple, depuis ses débuts en 2007, Anthony Cosson a toujours roulé en tête sur les courses de côte, que ce soit au volant d'une Clio RS, d'une BMW M3 ou d'une Porsche 997.

Élu meilleur espoir comme Loeb et Ogier

« J'ai débuté avec mon père en 2007 et 2008, en Coupe de France des courses de côte. On a fait 2 e la première année et on gagne la coupe l'année suivante. A partir de 2009, j'ai piloté en championnat de France avec la même réussite... »
Des titres et une progression fulgurante qui ont fait de Tony Cosson, licencié à l'ASA Centre, le pilote « espoir national 2010 » décerné par le magazine Échappement. Une sacrée référence quand on sait que des garçons du talent de Didier Oriol, Sébastien Loeb ou Sébastien Ogier l'ont précédé à cette distinction ! « Oui, cela m'a fait plaisir, mais eux pilotaient déjà en rallye et étaient donc mieux reconnus. La course de côte a du mal à décoller à ce niveau-là. D'ailleurs, après mon titre de champion de France de la montagne cette année, j'ai envie de changer de discipline et de passer à mon tour au rallye... » Celui qui dit avoir appris à piloter « sur les routes et les chemins » autour de chez lui, à Bossay-sur-Claise, à la frontière de l'Indre-et-Loire et de l'Indre, espère pouvoir ainsi s'aligner sur le championnat de France des rallyes dès la saison prochaine. « C'est le projet, j'ai déjà trouvé la voiture, une Porsche 997 GT Plus, mais il va falloir particulièrement bien se préparer pour cette grande aventure ! » Avec le précieux soutien de partenaires locaux. En attendant ces rendez-vous avec l'élite des pilotes français de rallye, le Bosséen a l'intention de bien figurer sur le Coeur de France, vendredi et samedi, au volant d'une Mitsubishi Lancer Evo 8. « La voiture appartient à Pascal Bocquet et nous avons roulé pour la première fois avec lundi soir. Les premières sensations ont été très bonnes ; je découvre mais il faut que l'adaptation soit rapide car on souhaite faire partie des meilleurs. On va s'appliquer et attendre les premiers chronos pour voir où l'on se situe... »
Quelque chose nous dit qu'il faudra plutôt regarder dans les premières lignes des classements. Sur la poignée de rallyes qu'il a disputé, Anthony a en effet « toujours roulé pour la gagne », comme à Vernou fin juillet, où il avait pris la 3e place au volant d'une Clio.

Echappement - Septembre 2011

Rester concentré

Dans la foulée de ma victoire à Dunières et après mon premier podium scratch au rallye régional de la Vallée de la Brenne avec ma Clio F2000, c’est serein et motivé que j’ai abordé le Mont-Dore. Il faut dire que j’avais bien préparé mon affaire lors d’une séance de roulage sur le circuit du Val de Vienne le mardi précédant l’épreuve auvergnate. Un gros travail sur les amortisseurs et la hauteur de caisse m’a permis d’affiner le comportement de ma Porsche 997 Cup. Elle est devenue efficace et réactive, un vrai karting ! Je me suis senti à l’aise dès les essais. En course, j’ai un peu souffert lors de la première montée disputée dans des conditions piégeuses. J’ai ensuite bien redressé la barre sur le sec. La dernière ascension fut assez tendue. J’ai dû rouler sur un gros rythme sans commettre de faute car Nicolas Werver s’est montré une fois de plus très pressant. Ce nouveau succès me fait bien sûr très plaisir. Il me permet d’envisager la prochaine échéance confiant même si je dois embarquer du lest. Chamrousse est en effet plus une course à châssis qu’à moteur et, de ce point de vue, je dispose d’une voiture au top. Malgré tout, il ne me faudra pas mollir car la fin du championnat approche à grands pas. Une dernière petite précision pour vous dire que je risque de disputer le rallye Cœur de France, fin septembre, au volant d’une Mitsubishi Lancer Evo 8 Groupe N. Une pige en rallye, au volant cette fois d’une grosse auto, que j’espère concluante. Avant cela, j’ai prévu d’essayer une Twingo R1 fin août avec le team Saintéloc. L’occasion de tester une nouvelle voiture de course et de, qui sait, préparer la saison 2012. A très vite. Bonne rentrée à tous.

Compte Tours - Aout 2011

Echappement - Aout 2011

Sensations retrouvées

Je me suis rendu sur la magnifique épreuve de Vuillafans Echevannes début juillet. Après avoir obtenu la troisième place au Beaujolais, la soif de victoire était bien présente dans le Doubs. Meilleur temps des essais, je réalise une belle première montée en améliorant mon chronomètre de plus d’une seconde et demie part rapport à l’an passé.Je pensais avoir fait le plus difficile, mais Nicolas Werver a explosé mon chrono. Bien décidé à ne pas rester à cette place, j’ai roulé à un rythme beaucoup plus élevé lors de la seconde. Malheureusement, Eric Pernot est parti à la faute devant moi et j’ai été arrêté dans mon ascension. Le classement sera finalement le même qu’au Beaujolais puisque Daniel Bourgeon s’intercalait entre Werver et moi. Je ne vous cache pas que ce fut un nouveau coup dur pour toute l’équipe. Etait-ce l’auto ou moi ? Pour tenter de comprendre, nous avons organisé une séance d’essais sur le circuit du Val de Vienne. Au fil des tours parcourus, j’ai constaté que mes temps, les rapports de boîte et ma vitesse étaient identiques à ceux du début de saison. Il n’y avait plus de doute, je n’allais plus assez vite ! Ce roulage sur piste m’a permis de reprendre confiance. Avec de nouveaux réglages des suspensions et un freinage enfin efficace, j’ai pris la direction de Dunières confiant. J’ai d’emblée retrouvé toutes mes sensations et le plaisir de pilotage que j’avais perdu ! Samedi, je signe le meilleur temps des essais sur le sec. La pluie a fait son apparition le lendemain et la course a été totalement différente. Concentré sur une piste piégeuse, mon chrono me permettra même de grimper l’espace de la première montée sur le podium scratch derrière Cyrille Frantz et Sébastien Petit. Lors des ascensions suivantes, la piste sera entièrement sèche. Améliorant une nouvelle fois mon temps dans l’ultime manche, je repartais de Haute-Loire avec une belle victoire en GTTS et en Série B. Ce succès a regonflé le moral des troupes. Je terminerai en remerciant l’équipe Porsche Bourgoin Poitiers pour leur travail ainsi que toutes les personnes qui nous suivent fidèlement. A?bientôt.

Compte Tours - Juillet 2011

Echappement - Juillet 2011

Un coup au moral

Bonjour à tous. Dans la foulée de ma victoire à Hébécrevon, j’ai pris la direction de La Pommeraye et de son nouveau tracé entrecoupé de chicanes. J’ai apprécié le parcours, tortueux dans le bas et rapide dans sa partie haute. J’ai même gagné malgré quelques soucis de freins qui m’ont un peu tracassé. A Saint-Gouéno, j’étais à l’aise le samedi, sur le sec, grâce notamment à de bons réglages. Le lendemain, la pluie s’est invitée et j’ai dû changer le set-up au dernier moment. Je me suis forcé à attaquer, avec de bons pneus, car je ne suis pas très à l’aise sous l’eau. Ce fut fin, mais j’ai battu Nicolas Werver. Une réclamation à laquelle je m’attendais est tombée le soir de cette épreuve et elle m’a coupé les pattes. Nicolas souhaitait le contrôle de l’arbre à cames de mon moteur. J’aurais pu l’effectuer en fin de saison, mais j’ai préféré que tout soit vérifié au plus vite pour couper court?à toute suspicion. Le verdict est?tombé quelques jours avant le Beaujolais. Mon moteur a été déclaré conforme. J’étais soulagé. J’ai malgré tout perdu beaucoup de ma motivation dans cette dernière affaire et il a en plus fallu le remonter en urgence pour pouvoir rouler au Beaujolais. Cela n’a pas été facile, mais nous y sommes parvenus. Là-bas, le lest m’a beaucoup pénalisé, plus que lors des manches courues dans l’Ouest. Je finis troisième. Ce n’est pas si mal, d’autant que je n’embarquerai pas de poids à Vuillafans. J’aurai une belle carte à jouer. Fin juillet, après Dunières, je vais m’engager au rallye régional de la Brenne avec ma Clio équipée de son moteur préparé. Je ne vous cacherai pas que je vise le podium scratch. Je vous tiendrai au courant de tous les résultats dans ma prochaine chronique. A bientôt.

Echappement - Juin 2011

Joli mois de mai

Quinze jours après le Col Saint-Pierre et son triste dénouement, j’ai pris la direction d’Abreschviller, bien décidé à gagner. J’ai attaqué fort d’emblée, pris d’excellents départs et, au final, décroché une splendide victoire face à Nicolas Werver. L’écart n’avait jamais été si important entre nous à l’arrivée depuis le début de la saison. Le mercredi suivant cette course, j’ai effectué une séance d’essais avec ma Clio en vue de disputer le rallye régional du Clain. Hélas, un segment a cassé lors de ce roulage et j’ai dû remplacer mon moteur de course par un moteur de série. Je suis malgré tout parti motivé après des reconnaissances studieuses à bord d’une Clio RS. J’ai attaqué sans arrière-pensée et j’ai signé le scratch absolu de la première spéciale. J’ai ensuite continué de rouler le plus vite possible. Je perdais du temps dans les portions rapides mais quel plaisir à bord de ma petite Clio ! Au final, je finis au pied du podium, à un dixième de la BMW 318 Compact de Patrice Robert, deuxième du F2000. Retour ensuite à la course de côte avec la quatrième manche du championnat disputée dans le bocage normand. Pour être honnête, je n’ai pas eu un bon feeling durant ce week-end. J’ai commencé par sortir de la route lors des essais libres (accélérateur bloqué). En course, je manquais de train avant et, du coup, j’avais du mal à inscrire ma voiture dans les virages. Je gagne malgré tout, mais Yannick Poinsignon et Daniel Bourgeon m’ont donné du fil à retordre. Il ne faudra pas mollir lors des futures échéances ! A La Pommeraye, fin mai, j’embarquerai 60 kg de lest. Un handicap que j’essaierai de compenser par d’excellents réglages, mon préparateur sera sur place, et par un pilotage incisif. Trouver le set-up idéal entre le sinueux du bas du parcours et les enfilades rapides proche de l’arrivée ne sera pas facile. Vous me connaissez, je ne lâcherai rien et je me battrai jusqu’au bout. A noter que ma Porsche 997 Cup arborera une nouvelle décoration, plus agressive, à l’image de celle de la Seat Supercopa de Gaëtan Bonnet. En espérant avoir de bonnes nouvelles à vous raconter le mois prochain, je vous dis à bientôt.

Ouest France - 31-05-11

Anthony Cosson, une étoile montante

Pour Anthony Cosson, c'est une belle et juste reconnaissance que ce titre de « pilote espoir de l'année » que lui a décerné la revue Échappement l'an dernier, comme en d'autres temps Sébastien Loeb ou Sébastien Ogier.
Invaincu depuis le début de cette saison, il fait en effet sensation au championnat de France de la montagne, série B voitures fermées, avec quatre victoires et autant de records en quatre courses. Il en redemande : « Il n'y a pas de secret, si je cours avant tout pour le plaisir, je viens à La Pommeraye avec l'intention de gagner ».

Anthony Cosson, qui habite Bossay-sur-Claise (Indre-et-Loire) est le régional de l'étape. Il n'a que 22 ans, mais « depuis l'âge de 10 ans il ne s'intéresse qu'aux voitures de course », précise son père, ancien pilote devenu sa référence. Il faut dire que chez les Cosson, la voiture est une passion et une affaire de famille. Le « team Cosson », c'est Anthony, son père carrossier et un copain mécanicien, trois personnes pour mettre au point et entretenir une Porsche 997 GT3 de location susceptible de gagner.

Le budget, c'est le nerf de la guerre

« C'est une passion qui coûte cher, reconnaît Anthony, car il faut compter 35 000 € de budget pour courir une saison. Nous ne disposons que de 20 000 €... Alors il faut être sur tous les fronts. On fait tout nous-même, y compris chercher des partenaires, dans un contexte qui n'est pas favorable » Il fera l'impasse aussi sur les essais en circuit : « 250 € de l'heure, je n'en ai pas les moyens ».
Le budget est bien le nerf de la guerre que se livrent les pilotes. Une victoire en championnat de la montagne ne rapporte que 1 100 €, alors qu'en rallye, c'est 5 500 € avec tous les avantages annexes. Anthony l'a bien compris : s'il veut progresser, il doit gagner le championnat de la montagne et changer de discipline pour courir en rallye. « Mais je ne suis pas pressé, et je ne cours pas pour gagner de l'argent, mais avant tout pour me faire plaisir ainsi qu'aux spectateurs ».
De son côté, Stéphane Besnier, responsable technique de Pommeraye Sport Auto, ne tarit pas d'éloges sur le jeune prodige : « Anthony est le chouchou des spectateurs. Il est simple et modeste, son talent et ses succès ne lui donnent pas la grosse tête. Il est pourtant promis à un bel avenir ».

Echappement - Mai 2011

Pétage de plomb !

Il s’est passé beaucoup de choses depuis ma dernière chronique. Comme je vous l’annonçais, j’ai disputé le slalom du Printemps. Ce fut l’occasion de régler la Clio en vue de son engagement sur les billards de La Pommeraye et du Mont-Dore. J’ai ensuite pris la direction de Bagnols-sur-Cèze pour la première manche du championnat. Tout s’est parfaitement déroulé. J’ai signé tous les meilleurs temps, lors des essais comme en course. Il faut dire que j’avais bien préparé mon affaire. Le lundi précédant l’épreuve, j’avais roulé une heure sur le circuit du Val de Vienne pour affiner les réglages de la voiture et me la remettre en mains. Cette première victoire de la saison a fait du bien au moral. J’ai à nouveau mis le cap sur le Gard, quinze jours après, pour le Col Saint-Pierre. La course en elle-même s’est bien passée. Avec Nicolas Werver, nous nous sommes livré une superbe bataille à coup de dixièmes. Dès les essais, nous avons battu le record. Ma voiture a encore parfaitement fonctionné. J’ai pris un grand plaisir à la piloter dans le rapide, sur le haut du parcours. Bien sûr, je ne peux pas passer à côté de la réclamation qui a été formulée à notre encontre, et à celle de Nicolas Werver, par Daniel Bourgeon. J’étais très énervé et abattu dimanche soir suite à notre exclusion à cause de l’absence de ce foutu plomb sur le boîtier électronique. J’étais sur le point de tout laisser tomber. Avec un peu de recul, je me dis qu’il faut positiver. J’ai bonne conscience. A l’heure où vous lirez ces lignes, notre boîtier sera chez Oreca pour un contrôle. J’espère pouvoir vous en dire plus le mois prochain et notamment clarifier notre situation. En attendant, j’ai déjà le regard tourné vers Abreschviller. Je n’aurai pas de lest et la chicane installée après l’épingle ne me gêne pas. Au contraire, elle sera un atout dans la mesure où elle empêchera Daniel Bourgeon de faire parler la cavalerie de son Opel Astra DTM dans les enfilades rapides avant l’arrivée. A bientôt pour la suite de mes aventures.

Echappement - Avril 2011

C'est parti !

Comme je l’annonçais dans le précédent numéro, je suis parti essayer la Seat Leon Supercopa du CDP Racing au Vigeant début mars. Après plusieurs tours de piste, les impressions étaient bonnes : tenue de route efficace, moteur coupleux et boîte de vitesses agréable. Nous avons donc validé les tests et l’auto est désormais prête à la location. J’ai ensuite récupéré ma Clio RS F2000 dont le moteur a subi une cure de jouvence dans la Creuse. Nous avons travaillé sur le châssis et les suspensions BOS pour être au top au rallye de la Vienne. Entre temps, je me suis rendu sur le circuit de Bresse avec la rédaction d’Echappement pour un comparatif Subaru STI contre Mitsubishi Lancer Evo X. Ce fut une superbe journée passée en compagnie de Louis-Philippe et Christian, ainsi que ces deux autos fabuleuses. Je vous laisse découvrir tout cela en page 30. Sinon, ma saison sportive a plutôt bien commencé. Le Rallye national de la Vienne s’est bien déroulé. Nous sommes très satisfaits du résultat. Nous concluons au 5e rang scratch la première boucle. La pluie est arrivée par la suite, et un bon choix de pneus nous a permis de prendre la tête du classement en signant un temps scratch absolu devant Faucher et Beaubelique. Une position inespérée pour nous, vu notre petite expérience dans la discipline. Dans la boucle de nuit, rallier l’arrivée était notre seul objectif. Après une belle bagarre pour la victoire, nous terminons finalement au pied du podium du scratch et 2e du Groupe F2000. Je tenais vraiment à remercier les pilotes qui m’ont félicité et soutenu : la famille Gouret, vainqueur de l’épreuve, avec qui nous avons passé un excellent week-end, mon assistance, mes partenaires et bien sûr les supporters. Quand vous lirez ces lignes, je participerai au slalom du Printemps avec la Clio avant de me lancer début avril dans le championnat de France de la montagne en Porsche 997 Cup. Rendez-vous le mois prochain.


La Nouvelle République - 19-03-11

Anthony Cosson fait sa rentrée

Pour Anthony Cosson, la saison automobile a commencé. Si les courses de la série B du championnat de France de la montagne ne débuteront que les 2 et 3 avril à Nimes avec une Porsche, notre jeune champion, le week-end dernier, a disputé le rallye national de la Vienne au volant d'une Clio F2000. Une course menée tambour battant où Anthony et son coéquipier se sont trouvés en tête jusqu'aux deux dernières boucles mais ont dû s'incliner devant la pugnacité des compétiteurs et se contenter d'un fort honorable 4 e place aux dires de leurs concurrents. Une épreuve riche d'expérience avec les deux dernières boucles courues de nuit. « Une bonne mise en jambes », pour la suite.

Echappement - Mars 2011

On s’active…

Le début de saison approche et je prépare mon programme sur plusieurs fronts. En championnat de France de la montagne, qui constitue bien entendu ma priorité, les choses se mettent en place. Nous nous sommes bien renseignés sur la nouvelle réglementation, notamment en ce qui concerne le plombage du moteur. Nous essayons également d’obtenir un train de pneus supplémentaire – nous disposons pour le moment de quatre trains pour la saison. Du côté des concurrents, on entend pas mal de rumeurs : l’ancienne Ferrari de Puigrenier roulerait avec Kirmann au sein de la structure CroisiEurope, et l’on parle également de Francis Dosières avec une Lamborghini… On verra bien : rendez-vous au départ de la première course, début avril, à Bagnols-Sabran ! Du côté du rallye, nous avons travaillé sur le moteur de la Clio F2000 dans la perspective du Rallye de la Vienne, que je disputerai les 11 et 12 mars. Nous avons prévu une dernière séance d’essai juste avant l’épreuve. Du travail, il y en a encore avec la Seat Leon, avec laquelle je disputerai une manche de la Supercopa sur le circuit du Val de Vienne, fin juin. Les derniers réglages ont été effectués et, lorsque ce numéro sortira, j’aurai eu l’occasion de tester l’auto dans le cadre d’une journée d’essais avec l’équipe de Julien Briché, sur le circuit du Val de Vienne. Cela m’aura permis de m’étalonner face aux autres pilotes présents. En course, l’auto sera alignée par mon équipe habituelle, CDP Racing. Sinon, nous finissons d’aménager le camion, avec un auvent qui pourra abriter trois voitures : la Porsche, la Seat, qui devrait être alignée sur plusieurs manches du championnat avec un autre pilote, et la Clio, que mon père pilotera à La Pommeraye, Hébécrevon et le Mont-Dore.

Compte Tours - Mars 2011

Echappement - Fevrier 2011

Avant le rush !

Je tiens tout d'abord à remercier les lecteurs et les journalistes d'Echappement qui m'ont élu, ainsi que mes fidèles partenaires, CDP Racing et le Groupe Avia Picoty, sans qui je ne pourrais pas rouler. C’est pour moi un moment particulièrement fort, considérant que je me suis lancé dans le sport automobile il y a tout juste quatre ans ! Beaucoup de personnes me font remarquer cette progression fulgurante. C'est impressionnant de voir tous ces gens venus me féliciter au garage ou sur Internet…
En 2011, je repars pour le championnat de France de la montagne avec la Porsche 997 Cup du CDP Racing. Par ailleurs, je suis en train de monter un programme rallye composé de trois épreuves minimum avec une Clio F2000, un passage qui me semble indispensable pour l'expérience d'un pilote. La première échéance est le rallye de la Vienne qui se déroulera les 11 et 12 mars prochains. Je vais aussi participer à une manche de la Seat Leon Supercopa au Val de Vienne. Le championnat de France de la montagne reste ma priorité et je vais m'engager au slalom de La Châtre et sur une course de course de côte régionale en guise de remise en jambe. C'est aussi l'occasion de retrouver les pilotes que j'ai croisés au début de ma jeune carrière. Je pars donc pour un programme d'une vingtaine de courses en espérant décrocher un titre de champion de France de la montagne avec la Porsche, même si la lutte pour le titre s'annonce tendue avec un pilote comme Fabrice Marchal qui revient avec la Porsche que pilotait Francis Dosières l'année dernière. Le défi en sera d'autant plus intéressant…
Maintenant que je connais tous les tracés du championnat, je vais plus facilement trouver le bon rythme. L'idéal serait d'axer mon travail sur les acquisitions de données, c'est une technique que je ne maîtrise pas parfaitement. L'année dernière, je me suis rendu compte que le comportement de la voiture changeait de course en course, je vais donc travailler davantage sur la voiture entre les courses pour affiner mes réglages. Mi-février, je vais partir en séance d'essais sur le circuit du Val-de-Vienne. Je vous donne rendez-vous le mois prochain pour vous raconter la suite de ma préparation. D’ici là, vous pourrez retrouver mon actualité sur mon site Internet : www.anthonycosson-competition.fr

Compte Tours - Fevrier 2011

Echappement - Janvier 2011

Né le 15 octobre 1988 à Châtellerault (86).
Réside à Bossay-sur-Claise (37).
Carrossier-peintre.
2007 Débuts en course de côte régionale (Clio RS).
2008 Coupe de France et trois courses en championnat. Vainqueur de la finale de la Coupe de France à Alès (2 litres).
2009 Champion de France Groupe N/FN (BMW M3).
2010 Vice-champion de France GTTS, deuxième de la Série B (Porsche 997 Cup).




Montagnard de coeur, pilote de rallyes occasionnel, pistard à ses heures perdues, Anthony est un touche-à-tout de talent. Il est le deuxième pilote de course de côte, après Nicolas Schatz, à décrocher ce titre.

Anthony est un garçon à la longue et fine silhouette, nature et spontané. A l’annonce de sa nomination, le 14 décembre dernier, il n’a pas caché sa joie: « Je n’y crois pas. Je suis élu. Je ne m’y attendais pas du tout. Je pensais qu’un pilote de rallye ou de rallycross l’emporterait cette année. Il faut que je raccroche pour annoncer la bonne nouvelle au personnel du garage et à mon partenaire qui est lui aussi présent à mes côtés. C’est Noël avant l’heure ! »

Le barbu tout de blanc et rouge vêtu est en effet passé en avance dans son petit village de Bossay-sur-Claise niché au cœur de la campagne tourangelle. Il a glissé au pied de son sapin une saison 2011 en championnat de France de la Montagne, quelques rallyes nationaux et régionaux, des piges en Supercopa Seat Leon, ainsi qu’un titre d’Espoir de l’année. De beaux cadeaux qui ne peuvent qu’enchanter ce boulimique de compétition.

Anthony a fait ses premiers dérapages sur quatre roues tout gamin au volant de machines fabriquées par son père. Il a ensuite martyrisé plusieurs voitures de série, notamment une vénérable Opel Kadett GSI, sur les petits chemins de terre proche du domicile familial qui jouxte le garage paternel et dans lequel il occupe aujourd’hui le poste de carrossier-peintre. Son baptême du feu en compétition ont eu lieu en 2007. Il dispute la course de côte de la Mothe Saint-Héray, sur une Renault Clio RS, et finit sur le podium de la classe. La saison suivante sera ponctuée de plusieurs victoires de groupes en régionales et par plusieurs coups d’éclat en championnat, notamment au Mont Dore.

Son ascension est en marche. Elle connaît une première étape marquante en 2009 lorsqu’il décroche le titre en Groupe N au nez et à la barbe d’une poignée de pilotes chevronnés. Il a ensuite passé la vitesse supérieure en s’alignant avec une Porsche 996 Cup, jusqu’à Saint-Gouëno, avant de l’échanger contre une plus performante 997 Cup. Treize podiums en GTTS et trois victoires de groupe ont salué cette saison qu’il a terminé en dauphin de Nicolas Werver dans la Série B. Habile et rapide, Anthony prend parfois des risques, mais ces derniers sont toujours calculés. Sa pointe de vitesse ne s’émousse pas, voire progresse, en même temps que son style spectaculaire se fluidifie et se sécurise. Sans doute le passage de la BMW M3 à la Porsche Cup y est pour beaucoup. Sans doute aussi récolte-il aujourd’hui les fruits de l’expérience et de la sagesse.

Une expérience qui va s’enrichir encore davantage au cours de la saison à venir. Son principal objectif sera de coiffer la couronne promise au champion de la Série B dans le championnat de France de la Montagne. Bonne année Anthony !